[ Nouvelles ]
  Evénements et manifestations
 1 2 3 4 [ 5 ] 6 7 8    (41-50 sur 74)  

Cliquez sur la date d'une nouvelle pour en savoir plus.

29/09/2007 > Sogeti fait une OPA sur une promotion complète à Grenoble
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

"Du jamais-vu : une promotion entière d’informaticiens issus d’une école d’ingénieurs va recevoir une offre d’embauche d’une même entreprise.

La SSII Sogeti, du groupe Capgemini [a signé] un accord de partenariat inédit avec Polytech’Grenoble, école de l’université Joseph-Fourier (Grenoble-1), en vertu duquel elle s’engage à accueillir les 120 diplômés informatiques de la promotion 2007-2010.
Libre à chacun d’eux, certes, de décliner l’offre : mais il aura en tout cas la certitude, dès son entrée à l’école, d’obtenir un emploi en CDI à l’issue de son cursus.

Pour spectaculaire qu’elle soit, cette initiative n’est pas totalement surprenante. Car depuis deux ou trois années, le secteur des SSII affiche une croissance soutenue − de l’ordre de 6 à 8% par an. Le redémarrage des grands projets informatiques, l’apparition d’un nouveau cycle d’innovations technologiques se traduisent pas de nouveaux besoins de compétences accrus.
S’ajoute à cela la concurrence accrue des entreprises utilisatrices (les banques,notamment) qui cherchent elles aussi à recruter des informaticiens, sans oublier le phénomène du « choc générationnel ».

[...] L’ensemble du marché des ingénieurs connaît actuellement une forte activité. [...] En moyenne, leurs salaires à l’embauche ont ainsi progressé d’environ 4,75% cette année, alors que les autres jeunes diplômés se contentent de hausses le plus souvent inférieures au montant de l’inflation. "

Source : Les Echos du 6 septembre 2007



29/09/2007 > Les carrières d'ingénieurs moins courrues car moins payées
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Le journal Le Monde explique la relative désaffection des étudiants pour les accrières scientifiques et techniques par le fait qu'elle sont sensiblement moins rémunératrice, selon les chiffres de la Conférence des Grandes Ecoles.

"La pénurie de spécialistes techniques et scientifiques à laquelle les entreprises disent être confrontées n'a pas, pour le moment, modifié la donne.
      
[...] Un diplômé d'une école d'ingénieurs en 2006 a été embauché, en moyenne, au salaire brut annuel de 31 000 euros. Soit 6,5 % de moins qu'un diplômé d'école de commerce. Selon la même enquête, l'écart pour les diplômés de 2005 atteint 10,5 %. Et l'espoir de rattrapage est ténu. Les augmentations accordées aux jeunes des écoles de commerce embauchés en 2005 ont été légèrement supérieures à celles attribuées aux ingénieurs.

La situation est pire pour les femmes ingénieures. Leur salaire d'embauche est de 6 % inférieur à celui de leurs homologues masculins. La discrimination salariale existe donc dès l'entrée sur le marché du travail. Et elle s'accroît au fil des années. Le salaire médian annuel d'une ingénieure est de 40 043 euros, 30 % de moins que celui de son collègue de l'autre sexe, selon l'enquête annuelle du Conseil national des ingénieurs et des scientifiques de France.

Conséquence : les diplômés d'écoles d'ingénieurs tentent d'effacer leur handicap en se détournant des carrières industrielles. Soit ils se dirigent vers d'autres secteurs comme la banque, l'assurance ou le conseil ; soit ils restent dans l'industrie, mais s'orientent vers des fonctions commerciales ou financières.

[...] En 2006, le salaire médian annuel d'un ingénieur diplômé ayant un poste dans un service commercial ou marketing était de 63 000 euros, 26 % de plus que celui d'un ingénieur travaillant dans la production. Il existe aussi des différences selon les secteurs : en moyenne, un ingénieur employé dans le BTP gagne 33 % de moins qu'un de ses collègues ayant opté pour la banque ou l'assurance.

Les avantages peuvent être cumulatifs, comme les handicaps : mieux vaut être un homme, diplômé d'une école de commerce travaillant dans la banque, qu'une femme, diplômée d'une école d'ingénieurs et travaillant dans le BTP."

Source : Le Monde, 30/8/2007



22/07/2007 > Changement de Directeur à l'école
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Yves Poilane remplacera Marc Peyrade comme Directeur de l'école à compter du 1er août.

Yves Poilane (X 1979, ENST 1984) a auparavant travaillé au sein de l'ENST Bretagne et de France Télécom.



22/07/2007 > EDITO : Valse-hésitation sur le changement de nom des écoles
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Le GET a opéré fin juin un repli tactique sur son projet de changement de nom des écoles : le Conseil d'Administration (CA) du 28 juin, qui devait initialement entériner les propositions de nouveaux noms des écoles, s'est finalement limité au partage d'un point d'avancement.

Le projet n'est pour autant absolument pas abandonné, puisqu'il est désormais prévu d'aborder lors du CA de septembre une "visualisation de cette politique de marque sous forme de projets de logos pour les écoles et le groupe", comme l'exprime le message de Pascal Faure, président du CA, reproduit ci-dessous.


Il est inquiétant de constater que le GET interprète le rejet quasi-unanime de son projet comme une réaction émotionnelle et semble poursuivre aveuglement un projet d'un intérêt discutable, qu'il n'a de plus pas les moyens de mettre en oeuvre sérieusement.
On notera d'ailleurs avec intérêt que les entreprises recrutant les diplômés sont le dernier élèment cité par P. Faure.

Si l'ajournement de la décision est une bonne nouvelle, le processus actuel, ne peut que continuer d'inquiéter.
Quant à la concertation annoncée, le processus de forum de discussion mené depuis septembre 2006 a montré qu'il ne fallait pas trop compter dessus.



22/07/2007 > Changement de nom des écoles : message du GET (1/2)
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Message du Président du Conseil d’administration du Groupe des Ecoles des Télécommunications
aux membres du Conseil d’administration, aux personnels du groupe, aux élèves et aux anciens-élèves des écoles


L’année 2007 marque les 10 ans du Groupe des Écoles des Télécommunications. C’est aussi l’année pendant laquelle le groupe et ses écoles définissent la stratégie 2008-2012 du GET. Cette démarche consiste à élaborer un guide pour notre action sur les cinq ans à venir et à nous donner une perspective claire, fédératrice, permettant de conforter le positionnement  et le rayonnement du groupe et de ses écoles, dans tous ses domaines de compétence, au niveau français, européen et international. Il s’agit d’un chantier très important, qui a débuté dès l’automne 2006 avec les forums et le séminaire de Beaune. Il conduira à présenter le nouveau plan stratégique à l’approbation du Conseil d’administration en novembre prochain.

Parmi les nombreux volets à l’étude, figure la politique de « marques» des écoles et du groupe. Une telle politique doit permettre au groupe et aux écoles d’affirmer leur place à l’international, dans la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, ainsi qu’auprès des entreprises. C’est la raison pour laquelle ce sujet fait l’objet de réflexions approfondies depuis juillet 2005.

Je sais que cette question, particulièrement sensible car elle touche à l’image et à l’identité même de nos écoles, soulève beaucoup de questions et suscite une forte émotion, notamment auprès de certaines associations d’anciens élèves. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de m’en entretenir personnellement avec plusieurs de leurs représentants, ainsi qu’avec des représentants des élèves membres du Conseil d’administration.

Je comprends parfaitement,  de même que l’ensemble des membres du directoire du groupe, qu’il puisse y avoir des débats passionnés sur ce sujet et je suis pleinement conscient de la nécessité qui s’attache à préparer ce type d’évolution avec la plus large concertation et le plus intense dialogue. Cela va de soi.



22/07/2007 > Changement de nom des écoles : message du GET (2/2)
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Aussi, je souhaite préciser à l’ensemble du personnel, des élèves et des anciens élèves de toutes les écoles et composantes du groupe, que la politique de « marques » sera abordée lors du Conseil d’administration du 28 juin dans le cadre du point d’avancement sur l’élaboration du prochain plan stratégique.

Aucune délibération ne sera cependant prise à ce stade sur quelque changement de nom que ce soit, comme d’ailleurs sur l’ensemble des volets du plan stratégique, puisqu’il s’agit de recueillir les orientations du conseil et de procéder à un débat aussi ouvert que possible en cette phase d’élaboration.

En revanche, les objectifs de la politique de « marques » seront débattus au regard des orientations stratégiques et serviront ensuite de cadrage pour la suite des travaux. Dans cet esprit, il est envisagé que soit présentée au conseil d’administration de septembre la visualisation de cette politique de marque sous forme de projets de logos pour les écoles et le groupe.

Je veillerai donc à ce que tous les avis et toutes les propositions formulées soient prises en compte par le directoire du GET et que la concertation soit aussi poussée que possible sur ce sujet.

Pascal Faure
Président du Conseil d'administration du GET



14/06/2007 > Nouveau nom des écoles du GET (non officiel)
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Selon des informations qui nous sont parvenues par des voies non officielles, Jean-Claude Jeanneret, l'Administrateur général du GET, a diffusé lundi 11 juin le nouveau nom des écoles du GET qui a été décidé suite au processus déjà évoqué ici-même il y a quelques mois.

Les nouveaux noms sont :
"• Télécom Paris devient ITélécom Paris

• GET devient ITélécom
• ENST Bretagne devient ITélécom Bretagne
• INT Management devient IT Ecole de Management Vals de Seine
• Télécom INT devient ITélécom Vals de Seine
• INT devient ITélécom & Management Vals de Seine
• Fondation LLR devient la fondation ITélécom
•  GET Valorisation devient ITélécom Valorisation"


TELECOMPARIS.ORG met à ta disposition un sondage en ligne et un forum pour partager sur cette probable décision du GET (autorité ayant le pouvoir sur l'école qui n'a pas de personnalité morale).



19/04/2007 > Vers un déménagement de l'école sur le campus de l'X ?
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

A l'occasion d'un article sur le bal de l'X, le journal Le Figaro a interviewé Yannick d'Escatha (X 1966), président du CNES, qui déclare :

«L'X et son campus accueilleront bientôt l'ENSTA,, l'ENSAE, et l'Onera.

Ses dirigeants étudient avec l'École nationale supérieure des télécommunications de Paris la possibilité de sa venue sur le campus ».


Pour en savoir plus : http://www.lefigaro.fr:80/eco/20070316.FIG000000071_une_soiree_pour_cultiver_ses_relations.html

Merci à François Meunier (1998) qui nous a signalé cette actualité.



19/04/2007 > Le MIT met en accès gratuit sur Internet l'intégralité de ses cours
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Le MIT, qui fait figure de modèle à suivre lorsque l'on évoque le devenir de l'école, a décidé de mettre en accès libre sur internet ses cours.

D'ici la fin de l'année la totalité des quelque 1.800 cours qu'il dispense seront en ligne.
Le MIT a lancé le programme "OpenCourseWare" en 2003 et propose déjà des centaines de cours en ligne.
Un petit nombre d'écoles américains ont suivi. Stanford a mis sur internet quelques cours l'année dernière et Bryn Mawr envisage également de le faire bientôt.

Le site des cours : http://ocw.mit.edu

Source : http://fr.news.yahoo.com/10032007/290/tous-les-cours-du-mit-en-acces-libre-sur-internet.html

Merci à Nicolas Pigeau (1998) qui nous a transmis cette actualité.



19/04/2007 > Nicolas Smirnov (1998), portraits croisés de cadres dans Challenges
Modifié le 13/07/2008, rédigé par Bruno HAVET -/-/5    0 avis >>

Le magazine Challenge a publié des "Portraits croisés de cadres" présentant la vie d'un cadre allemand et celle de Nicolas Smirnov (1998).

«Né et élevé derrière le rideau de fer, à Magdebourg, Ron Kundolf, 32 ans, [...] a suivi une formation en alternance, de trois années après le bac, dans une entreprise d'informatique de l'ancienne RDA . « J'ai travaillé d'emblée dans le concret. »

Originaire de La Rochelle, Nicolas Smirnov a connu un parcours classique de futur cadre français : bac très jeune, prépa (d'élite : au lycée Louis-le-Grand, à Paris), grande école (prestigieuse : Télécom Paris). A 31 ans, il est consultant. Conseiller en stratégie et management, il a accompli, depuis 2000, plusieurs longues missions à Airbus. Il a pu observer les managers, de part et d'autre du Rhin : « La vision du business est différente, et complémentaire. Le Français est dans la culture du débat, parfois des palabres ; l'Allemand dans le pragmatisme, l'obéissance, parfois la rigidité. Le premier a un statut, pas le second. Mais celui-ci, lorsqu'il a passé une thèse, tient à ce qu'on l'appelle "Doktor". »

L'un et l'autre ont eu une carrière fulgurante. Le Français dans le conseil, d'abord à Gemini Consulting, puis, dès 2001, au cabinet américain d'organisation Head­link Partners. Il y encadre des projets stratégiques. En ce moment, par exemple, il pilote une mission pour la direction de la Société générale. [...]

Libres d'organiser leur emploi du temps, les deux hommes travaillent beaucoup (50 à 60 heures par semaine), sont souvent en déplacement. Hambourg, Toulouse ou la Turquie, pour le Français. L'Allemand, lui, sillonne son Allemagne de l'Est natale, et parcourt plus de 70 000 kilomètres par an. Tous deux perçoivent une forte rémunération (5 000 euros net par mois pour le Français, et une « très bonne paie » pour l'Allemand), dont une partie est variable (15 % pour Nicolas, 40 % pour Ron). S'ils sont très satisfaits de leur vie professionnelle, ils regrettent d'être souvent absents de la maison. Ni l'un nil'autre ne rentrent assez tôt, le soir, pour profiter de leur jeune enfant.»

 

Source : Challenges, 22 mars 2007, Sabine Syfuss-Arnaud




Ajouter à Netvibes Ajouter à Mon Yahoo! Ajouter à Google Flux RSS


 1 2 3 4 [ 5 ] 6 7 8    (41-50 sur 74)